Cathédrale Sacré Coeur

sept 24, 2011   //   par Guillaume GAMBARO   //   Retourner à la catégorie : Brazzaville, Index Général  //  Commentaires fermés
Appellation courante :  Cathédrale Sacré Cœur
Autre(s) appellation(s) :  Cathédrale du Sacré Cœur
   Cathédrale Saint Firmin
Année :  1892
Période :  Dernier quart XIXème siècle
Auteur :  Monseigneur Augouard
Adresse :  
Quartier :  Hyper Centre
Arrondissement :  Poto-Poto
Dénomination/ Type Fonctionnel :  Édifice religieux
Commanditaire/ Maitre d’Ouvrage :  Congrégation des Spiritains
Matériaux Mur :  Briques
Matériaux Toit :  Tôles
Archives :  Archives de la Congrégation des Spiritains (Chevilly la Rue)
Sources :  Bulletin Général de la Congrégation du Saint Esprit, 1905, mars et avril 1895
  Abbé Mesmin, responsable du diocèse de Brazzaville (entretien Février 2009)
Crédits Photos :  © Archives de la Congrégation des Spiritains (Chevilly la Rue) – auteur inconnu
   © Guillaume Gambaro (2009)
Rédacteurs :  Guillaume Gambaro
Hier : 1917
 

© Archives de la Congrégation des Spiritains (Chevilly la Rue) – auteur inconnu

Aujourd’hui :
 

© Guillaume Gambaro. 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Historique :

La Cathédrale du Sacré Cœur fut construite sous la direction de Monseigneur Augouard à partir de 1892 (date gravée sur le seuil) et inaugurée le 3 mai 1894.
En 1902, les statues de Saint Pierre et Saint Paul sont placées sur la façade, mais dès 1903, sous la direction du père Rémy, on ajoute les deux tours et modifie la façade occidentale. Les cloches données par les amis de monseigneur Augouard à l’occasion de ses 25 ans de prêtrise sont placées dans les tours.
En 1913, la cathédrale est agrandie (transept et allongement du chœur).
Cette cathédrale serait le prototype des cathédrales de Bangui (1911), et de Kinshasa (1914) et de l’église de Divénié (Congo, région du Niari).

Description :

Eglise de 37m de long sur 12 de large, avec nef et deux bas côtés. L’ensemble de la charpente est soutenu par des colonnes en bois, dont les soubassements et les chapiteaux sont en palissandre.

Extrait :

«  Monseigneur fut l’architecte, l’entrepreneur, le surveillant, voire même le charpentier. Le père Paris s’occupa des bois nombreux, indispensables à la construction d’un pareil édifice et son génie artistique trouva matière à s’exercer en maints endroits. Le père Rémy se chargea du pavage et de la nourriture, ce qui n’était pas une sinécure. Le frère Elie Jouault construisit la toiture et la dota d’ornementations en zinc d’un goût vraiment délicat. Le frère Honoré Lang se reposait des travaux de briqueterie en allant dans les forêts chercher les madriers dont nous avions besoin et qu’il transportait avec le Léon XIII ou avec une embarcation à voile. La grande porte a été confectionnée avec deux magnifiques fonds de pirogues que le père Paris a su décorer d’une façon réellement artistique. Les fenêtres sont garnies de vitraux qui ont été offerts par divers bienfaiteurs. »

 Bulletin Général de la Congrégation du Saint Esprit, 1905, mars et avril 1895.

 

 

Rubrique commentaires fermée.