Architectes – Brazzaville

 

Roger Lelièvre, dit « Erell » :

Roger Erell est né en 1907, en Charente et meurt en 1987.

Mobilisé en 1939, lors de la Seconde Guerre Mondiale, il est blessé sur le front belge en 1940, mais réussi à rejoindre Dunkerque et à embarquer dans l’un des derniers navires britanniques, grâce à son anglais, qu’il doit à sa mère anglaise.

Soigné dans un hôpital londonien, il rejoint très vite la France Libre du Général de Gaulle. Convalescent, il ne peut rejoindre le front. Compte tenu de sa formation, il est envoyé par le Général de Gaulle dans le premier bastion de la France Libre, Brazzaville. Il prend alors son nom de résistant, Roger Erell (R-L = Roger Lelièvre) afin de protéger sa famille bloquée dans la France occupée.

Il travailla à la conception d’une architecture originale adaptée au milieu tropical et se détachant du style colonial affiché auparavant. Il fut le premier à mêler apport local et modernité dans ses constructions, utilisant ainsi la pierre du Djoué ou des motifs congolais.

Parmi ces constructions, on retiendra la Basilique sainte Anne du Congo, le Stade Eboué, la clinique Grosperrin, la case de Gaulle, le Lycée Savorgnan de Brazza et bien d’autres bâtiments tout aussi remarquables. Il revint au Congo, atteint de cécité, pour présenter la maquette de la flèche de la basilique Sainte Anne, son œuvre inachevée.

 Jean Yves Normand :

Jean Yves Normand est né en 1917 à Paris et fut formé à l’Ecole des Beaux Arts avant de recevoir le Grand Prix de Rome. Il parti à Brazzaville en 1947, sous contrat avec le ministère des colonies afin de réaliser le plan d’urbanisme de la ville. Là, il rencontra Roger Erell avec qui il conçu de nombreux édifices.

Son plan directeur à l’époque fut assez suivi conservant assez bien la délimitation des zones. Sa volonté était de bien séparer les commerces, des industries et des habitats, tout en imposant quelques grands axes comme l’Avenue Foch.

Il conçut l’Hôtel de ville pour le maire de l’époque, l’abbé Fulbert Youlou et imposa les arcades de l’Avenue Foch, afin de permettre la circulation des passants à l’abri de la pluie. On retiendra parmi ces réalisations le Palais de Justice, le Stade Massamba Débat, l’église Notre Dame du Rosaire, l’église Saint Pierre Claver, et bien d’autres encore. Il réalisa aussi une maquette d’aménagement de la corniche mais le projet ne vit jamais le jour.